Vous êtes ici : Accueil > Actualités

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

ACCOMPAGNEMENT DES AGRICULTEURS FACE AU RISQUE CHLORDECONE : Un plan de communication concerté

L’usage de la Chlordécone en Martinique de 1972 à 1993 a, sur l’environnement et les individus, des conséquences désastreuses. Les agriculteurs sont impactés à plusieurs titres.

La révélation des risques et leur médiatisation tous azimuts a conduit progressivement à une situation de méfiance des consommateurs et d’inquiétude des producteurs. La contamination des sols par la chlordécone est donc une préoccupation majeure sur les plans environnemental, sanitaire, agricole, économique et social en Martinique. 

Face à cette situation et compte tenu de l’impact négatif des communications et projets menés sur le sujet sans la concertation des principaux concernés, la Chambre d’Agriculture a initié avec les acteurs professionnels, une réflexion visant à communiquer sur toutes les mesures et actions mises en place par les agriculteurs pour répondre aux exigences réglementaires visant la sécurité des consommateurs et pour construire avec l’ensemble de la société, un projet pou nou kontinié manjé bon manjé péyi nou ! 

Le projet consiste en la réalisation d’une vaste campagne de communication qui montre comment les agriculteurs agissent au quotidien pour : 

 

  • produire conformément aux instructions officielles des autorités responsables de la santé publique ;
  • poursuivre la réduction de l’usage des pesticides en Martinique ;
  • fournir la population en produits agricoles sécurisés (analyses de sols, des eaux, des produits récoltés, accompagnement technique…).

D’autres propositions de gestion de la crise sont émises par la Chambre d’Agriculture et les organisations professionnelles. Elles s’orientent vers un plan d’action concerté qui prévoit : 

  • le renforcement du dispositif d’accompagnement des agriculteurs  notamment aux changements de pratiques ;
  • la formation systématique des agriculteurs qui mettent en place des cultures sensibles sur la gestion de cette problématique ;
  • la reprogrammation du financement des analyses de sol, d’eaux et de produits ;
  • la mise en place de signes distinctifs de reconnaissance des produits agricoles de Martinique ;
  • la mise en place de campagnes de promotion de l’ensemble des produits issus de l’agriculture locale (à travers un Comité de promotion Agricole).

La Chambre d’Agriculture entend poursuivre, avec l’ensemble de la profession, les efforts entrepris pour gérer au mieux la problématique Chlordécone, tant pour les producteurs que pour les consommateurs.
Ensemble, cultivons l’avenir !